Rechercher dans ce blog

dimanche 6 novembre 2016

Des fourmis guettent le vent pour garder les pieds sur terre

Des fourmis Acromyrmex lobicornis à l'entrée de leur nid, en Patagonie (photo A. Alma/A. Farji-Brener, avec leur aimable autorisation).

En Patagonie, le vent est si violent qu’il décoiffe même les fourmis au ras du sol. Ralenties, détournées des chemins les plus directs, elles risquent parfois même d’être emportées. Face à ces aléas climatiques, l’espèce Acromyrmex lobicornis a développé une réponse collective efficace : mettre en service les ouvrières les plus adaptées au temps qu'il fait !

Chez ces fourmis coupeuses de feuilles, les ouvrières amassent des fragments végétaux dans le nid pour y cultiver des champignons nourriciers. La taille des ouvrières est très variable au sein de chaque colonie. Or, selon que le vent souffle ou non, ce ne sont pas les mêmes qui travaillent ! Des chercheurs ont découvert que les ouvrières de petite taille sont plus nombreuses par temps calme et que les plus grandes ne sortent qu’en cas de gros vent. Ces dernières ne sont pas seulement plus lourdes : leurs pattes sont munies de pelotes adhésives plus efficaces permettant de mieux se cramponner au substrat. Ainsi résistent-elles bien au vent malgré des charges transportées et une prise à l’air plus importantes.
Une ouvrière d'A. lobicornis transporte un fragment de feuille (photo A. Alma/A. Farji-Brener).

Les chercheurs ont vérifié que le changement observé dans la taille des ouvrières actives ne vient pas de la perdition des plus petites dans les bourrasques, ce qui augmenterait de fait la proportion des grands individus. Il y a bien ajustement de la répartition des tâches entre les différents membres de la colonie. On suppose, pour l'heure, qu'une fois rentrées au nid, les ouvrières communiquent l’état des conditions extérieures et/ou les difficultés qui en découlent, déclenchant si besoin la sortie des plus grandes. Une sorte de bulletin météo en temps réel permettant de maintenir une circulation fluide !


Référence : Alma A. M., Farji-Brener A. G. et Elizalde L. 2016 - "Collective response of leaf-cutting ants to the effects of wind on foraging activity”, The American Naturalist, sous presse (doi: 10.1086/688419).

Julien Grangier

Aucun commentaire:

Publier un commentaire