Rechercher dans ce blog

mercredi 13 janvier 2016

Un poisson sème la zizanie pour échapper à ses prédateurs

Le poisson Pomacentrus moluccensis sait sortir de la gueule du loup (photo Paul Asman and Jill Lenoble, CC BY 2.0). 

Les récifs coralliens ne sont pas toujours paisibles pour les myriades de jeunes poissons qui y grandissent. Bon nombre de prédateurs viennent piocher dans leurs rangs, par surprise ou en les coursant hors de leurs abris minéraux. Le long de la grande barrière de corail australienne, un petit poisson nommé Pomacentrus moluccensis sait néanmoins se sortir des situations les plus critiques.
Un banc de poisson le long de la Grande Barrière de corail (photo Brian GratwickeCC BY 2.0).

Des chercheurs ont étudié de près les rencontres entre cette espèce et son prédateur le plus acharné, le poisson Pseudochromis fuscus. Ils ont découvert que le Pomacentrus émet des substances chimiques sitôt que son épiderme subit la moindre blessure sous les dents de son agresseur. Ces substances se diffusent rapidement dans l’eau et ont pour effet d’attirer d’autres prédateurs parmi les Pseudochromis des environs. Une façon d’en finir plus vite ? Au contraire : l’ultime chance d’en réchapper ! Car ces chasseurs ne rappliquent que pour une chose : voler sa proie au premier qui l'a attaquée. Se comportant en cleptoparasites – le terme scientifique pour ce genre de malandrins qui laissent aux autres la peine de repérer et de capturer une proie – ils se disputent énergiquement avec leur concurrent pour lui faire cracher le morceau. Tactique incertaine, car s’ils y parviennent parfois, la cohue qu'ils provoquent offre aussi une brève opportunité de fuite à la proie. Selon des observations sous-marines et des expériences en aquarium,  celle-ci a 40 % de chances d’échapper à son agresseur quand elle parvient à attirer d’autres prédateurs, contre 5 % dans le cas contraire. Paradoxalement, signaler sa présence aux prédateurs peut donc s’avérer salutaire dans les situations les plus désespérées.



Référence : Lönnstedt O. M., McCormick M. I. 2015 - “Damsel in distress: captured damselfish prey emit chemical cues that attract secondary predators and improve escape chances”, Proceedings of the Royal Society B 282 (doi:10.1098/rspb.2015.2038).

Julien Grangier

Aucun commentaire:

Publier un commentaire