Rechercher dans ce blog

mercredi 14 décembre 2011

Pour les chercheurs, gémir n'est pas de mise aux Marquises

 Les tombants d'Hatutu, aux Marquises (cliché J. Mourier/CNRS)

Le décompte des nouvelles espèces n'en finit pas de se prolonger. Ces dernières semaines, une équipe de chercheurs français a mené la plus vaste exploration jamais réalisée des fonds marins qui bordent les Marquises, en Polynésie française. Montée par l'Agence des aires marines protégées et menée par le CNRS, l'Ifremer et l'Institut de la recherche et du développement, l'expédition, longue de plusieurs semaines, a permis de découvrir rapidement 20 nouvelles espèces de poissons, endémiques de l'archipel. La taille de ces espèces varie entre 7 mm et 25 cm. 14% des espèces recensées lors de ces recherches ont été répertoriées comme endémiques. Ce qui fait des Marquises l'un des lieux les plus riches en endémisme de la planète - avec les îles Hawai et la mer Rouge. L'expédition a pris pied à bord du navire océanique Braveheart, et a pour nom "Pakahi i te moana" ("respect de l'océan"). Cette campagne a permis aux scientifiques de reconnaître des habitats très divers et potentiellement riches en diversité biologiques : tombants, bancs de sable isolés, fonds de baies ou grottes ainsi que des colonnes d'eau au milieu de l'océan Pacifique. Selon les estimations du Muséum national d'histoire naturelle, entre 16 000 et 18 000 nouvelles espèces sont découvertes, chaque année. 1,9 million ont été décrites. Le nombre d'espèces vivant sur la Terre est inconnu et se situe dans une fourchette comprise entre 10 et 30 millions.
J. Balboni

Aucun commentaire:

Publier un commentaire