Rechercher dans ce blog

vendredi 11 mars 2016

La vie privée des corbeaux bricoleurs

Un corbeau calédonien sonde du bois mort avec une brindille pour en extraire des insectes (photo Jolyon Troscianko, avec son aimable autorisation).

Les jumelles ne suffisent décidément plus pour étudier les oiseaux dans leur milieu. Pendant que certains se tournent vers les drones, d’autres font appel à la caméra embarquée ! C’est l’approche présentée récemment dans une étude visant à percer les secrets des corbeaux calédoniens (Corvus moneduloides). Ces oiseaux sont connus depuis longtemps pour utiliser des outils : des brindilles taillées de différentes façons servant à récupérer des insectes au cœur des souches d’arbres, un peu comme le font les chimpanzés pour récolter des termites. Cependant, la plupart des observations ont été faites en captivité, et celles faites dans la nature restaient trop ponctuelles pour en déduire la place qu’occupent réellement les outils dans la vie quotidienne des corbeaux.

La caméra et son champ d'observation une fois fixée au plumage du corbeau
(image J. Troscianko).

Les biologistes Jolyon Troscianko et Christian Rutz ont contourné le problème en fixant des microcaméras à des corbeaux sauvages, capturés le temps de la pose du mouchard. Le dispositif était maintenu à la queue des animaux par une attache conçue pour céder au bout de quelques jours. Une balise radio miniature permettait ensuite de retrouver l’appareil pour y récupérer les précieuses données. L’analyse image par image des vidéos s’est avérée exploitable et très informative pour 10 corbeaux.


(vidéo Troscianko et Rutz 2015).

Il apparaît ainsi que la collecte de nourriture chez ces oiseaux repose à 19 % sur l’utilisation d’un outil. Les corbeaux alternent fréquemment entre outil et bec seul pour mener à bien leur tâche, maintenant la précieuse brindille sous la patte quand elle n’est pas utilisée. Parfois, l'objet est stocké dans une cachette, signe de l'importance qui lui est attribuée. La fabrication d’outils en forme de crochets, à partir de brindilles coupées directement sur des arbres du genre Melaleuca, a donc pu être filmée pour la première fois en conditions naturelles. Les vidéos révèlent aussi que ces crochets sont parfois utilisés au sol pour sonder la litière à la recherche de proies. Les corbeaux méritent donc bien leur surnom de "singes à plumes" !
Dessin illustrant la technique de fabrication d'un outil en forme de crochet par les corbeaux (les flèches rouges indiquent les endroits sectionnés à coups de bec), et photo d'un de ces outils collectés sur le terrain (images J.  Troscianko).

Selon les auteurs, les 10 heures de vidéo collectées « ont renseigné l’écologie des corbeaux calédoniens de façon plus approfondie que les centaines d’heures de radio-tracking et d’observations opportunistes » conduites auparavant dans les mêmes sites ! 


Référence : Troscianko J. et Rutz C., 2015 – « Activity profiles and hook-tool use of New Caledonian crows recorded by bird-borne video cameras », Biology Letters 11 (doi:10.1098/rsbl.2015.0777).

Voir aussi

D'autres utilisations de caméras embarquées : des manchots et des faucons en train de chasser.


Julien Grangier

Aucun commentaire:

Publier un commentaire